Actualités

Interview de Dominique BERCOVICI, Directeur du courtier DIOT

08/10/2019 - Aide aux TPE/PME/ETI

Dominique BERCOVICI, Directeur du courtier DIOT nous détaille les risques complexes pour lesquels les exploitants peuvent être peu ou mal couverts en prenant l’exemple d’une attaque informatique, d’un accident industriel, ou d’une pollution. Il nous explique les dommages potentiels et comment être sûr que vous êtes bien assurés pour ces risques.

Quels sont les principaux risques complexes auxquels une entreprise de la chimie est confrontée ?

Avant d’évoquer les risques complexes, il convient de rappeler ce qui est entendu par risque traditionnel. Dans cette catégorie, vous retrouvez le risque de Dommages aux biens  (incendie et explosion), la pollution (sol ou rivière…) et le défaut de produits.

L’industriel peut aussi faire face à des situations complexes et à des risques émergents sur :

  • le domaine opérationnel : la perte d’exploitation
  • le domaine informatique : les risques cyber et la fraude,
  • le domaine environnemental : atteintes à l’environnement
  • la propriété intellectuelle, le terrorisme….

Les risques s’accroissent avec de nouvelles conditions d’exploitation, de nouvelles règlementations et la médiatisation des accidents :

  • Automatisation et informatisation de process de fabrication, logistiques, détention de données (sur les employés et clients),
  • Accident industriel sur site (évènement majeur) impliquant un arrêt prolongé (perte d’exploitation) et des enjeux financiers multiples,
  • Interruption d’activité suite à pollution de toute nature,
  • Action engagée contre un tiers pour violation des droits de propriété intellectuelle de l’entreprise,
  • Impossibilité d’accès et pertes d’attrait...

Le dirigeant pense être bien couvert sur ces risques, mais la réalité est toute autre : de nombreux exploitants sont mal couverts ou peu couverts pour ces nouveaux risques !

Quels peuvent être les conséquences et les dommages ?

Les conséquences et dommages peuvent être dramatiques pour l’entreprise. Prenons plusieurs exemples parlants :

Le cas d’une attaque informatique :

Le système informatique peut se retrouver détruit ou indisponible et la production ou la distribution du site se retrouve ralentie et/ou à l’arrêt. Ceci implique des dommages matériels aux équipements informatiques, et une perte de bénéfices couplée à un coût des mesures correctives mises en place.

Le cas d’un accident industriel sur le site :

L’activité sera ralentie voire interrompue parce que le site est détruit partiellement ou totalement, ou bien inaccessible.  Ceci implique l’impossibilité de produire et de livrer les clients. La reprise d’activité ne pourra se faire que lorsque l’exploitation du site ne sera plus jugée « dangereuse ». L’entreprise peut même subir une atteinte à sa réputation.

Le cas d’une pollution :

Le site se retrouve confronté à des demandes d’indemnisation multiples pour des dommages à l’environnement, des préjudices corporels, et des préjudices économiques, provenant de son voisinage, de ses employés et des acteurs économiques, victimes directes ou indirectes, de l’accident.

Il faut y ajouter les frais de dépollution du sol et des eaux des sites de l’assuré et les pertes d’exploitation.

Les frais et pertes occasionnés peuvent devenir colossaux !

Nous avions envisagé deux études de cas lors du Webinar que nous avons fait au mois de mai avec France Chimie :

Nous avons détaillé les risques, les causes et les conséquences. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à nous contacter ou à visionner ce Webinar en complétant les informations demandées.

Comment être sûr que l’entreprise est bien assurée sur ces risques? Est-ce que cela coûte cher de s’assurer sur ces risques ?

C’est toujours trop cher, mais la survenance d’un accident industriel majeur, par la multiplicité des préjudices en résultant potentiellement,  peut mettre en péril l’existence de votre société. Faites évaluez le coût de garanties plus complètes, et c’est vous qui déciderez si vous voulez être couvert ou non.

Pour être sûr que votre entreprise est bien assurée, vous devez en premier lieu vérifier la bonne adéquation de vos polices d’assurance à ces risques complexes, les compléter éventuellement sur les risques émergents ou faire appel à un courtier tel que DIOT qui fera ce travail pour vous.

Nous avons une équipe d’experts à votre disposition.

Pour toute question, n’hésitez pas à contacter Florence RICAUD fricaud@francechimie.fr qui vous mettra en relation avec Sébastien Lazzara ou moi-même.

Plus d’informations 

Facebook